Le Net mis sous cloche – Effets du droit d’auteur sur les libertés fondamentales

Par Alexis Jurdant

Plus que jamais, le Net tel qu’on le connaît est menacé au nom du partage (ou du « piratage » selon le point de vue). Les enjeux sont complexes cependant, il ne se passe pas un jour sans que, au mépris du bon sens, de nouvelles réglementations voient le jour alors qu’elles portent parfois directement atteinte à des droits fondamentaux. ACTA, IPRED, SOPA, PIPA,… des négociations secrètes à l’écart du contrôle démocratique, des lobbys aux moyens démesurés, des incertitudes et des menaces juridiques, de la manipulation d’opinions : tous les coups semblent permis. Mais n’est-il pas temps de s’arrêter et se poser ces questions essentielles : l’internet filtré, surveillé, bridé est-il vraiment ce que nous souhaitons? Les modèles économiques inventés au XXe siècles doivent-ils être ceux qui régissent les échanges tels qu’ils existent aujourd’hui, notamment sur le Net?

Alors que la Cour de justice européenne a rendu un arrêt qui dénonce, dans l’affaire qui oppose la Sabam à Scarlet, les dangers du tout au filtrage au nom du droit d’auteur, un premier cas de censure sur l’internet belge fait (un peu) parler de lui : l’affaire Pirate Bay.  Les fournisseurs d’accès à internet (FAI) belges ont cédé face aux menaces de « l’industrie culturelle » et ont mis en place un « blocage DNS » sur leur réseau : une victoire pour la censure sur le Net. Malheureusement, peu de personnes s’émeuvent et perçoivent les implications que cette logique pourrait avoir sur la démocratie, la culture, l’économie et l’innovation.

Cet article raconte l’histoire d’une bataille juridique. Elle oppose d’un côté les organismes privés qui tentent de mettre le Net sous haute surveillance et de l’autre, les défenseurs de la culture et du partage, qui ne demandent qu’à trouver un meilleur équilibre entre les usages et les opportunités qu’offrent les nouvelles technologies. Nous soulèverons ensuite, dans un cadre plus large, quelques pistes de réflexions sur le droit d’auteur et le partage de fichier sur le Net.
 Poursuivre la lecture

Le OFF c’est (déjà) fini !

On en aura que trop peu et que trop tard parlé, mais du 5 au 9 mars 2008 se tenait le premier «OFF» du livre de Bruxelles. Entendez par là, la première foire du livre OFF. En effet, au même moment, non loin de là, se déroulait la très « In » Foire du livre, salon annuel bien connu où les grandes maisons d’éditions viennent exposer leurs nouveautés et vendre leurs marchandises…

« Le OFF, lui, tient à proposer une autre conception de l’édition et de la création, « en dehors », « en off » des marchés classiques et de ses « impératifs » : ni contre, ni tout contre, ni en travers : en dehors… » peut-on lire sur la page d’accueil du site.

Plutôt que de vous faire un compte-rendu de l’événement, je vous propose quelques vidéos à l’image du OFF – des performances – , qui ont marqué la semaine. Que cela vous donne dès à présent l’envie de venir et de participer à la prochaine édition 2009!

 Poursuivre la lecture

Le Kiosque Nomade

logo-kiosque-nomade-bxl Le « Kiosque Nomade » est un projet prometteur qui se présente sous la forme d’un comptoir alter-médiatique itinérant au sein d’événements, de festivals, de conférences et d’espaces socio-culturels. Il met à disposition un éventail de médias alternatifs et de créations libres ou indépendantes. Il s’attache par ailleurs à promouvoir les zones d’autonomie et les pratiques du Libre

http://kiosquenomade.be

 Poursuivre la lecture