Rebel With A Cause

« Rebel With A Cause » est une animation de Kristian Labusga réalisé comme travail de fin d’étude à  la Stuttgart Media University. Il est une illustration de l’impact socio-environnemental de la mode et de la course aux vêtements tendances ou plutôt du « bagage écologique » (ecological backpack) que la production de ces produits de consommation représente. Ce concept est proche de celui d’empreinte écologique, mais il désigne plus spécifiquement les coûts socio-environnentaux cachés engendrés lors de la production d’un bien (énergie nécessaire à la production, au transport, pollution, etc.)

Site officiel: www.rebel-with-a-cause.de

Voir aussi: Calculer son empreinte écologique (Agir 21)

 

Louis Michel, favorable aux OGM

Louis Michel, commissaire européen en charge du Développement et de l’Aide humanitaire, a déclaré cette semaine à la presse être favorable aux OGM.

Principal argument: « cela fait dix ans que des gens mangent des OGM et on n’a pas démontré un seul cas néfaste » et d’ajouter que les craintes des partisans anti-ogm « ne reposent sur rien » et reflètent un
« obscurantisme scientifique ».

Parce que, pour Monsieur Michel, ceux qui sont contre les OGM sont simplement  des personnes qui refusent le progrès de la science.

Triste déclaration. Quelle manque de discernement.

Comme si le débat sur les OGM se limitait à la comestibilité des organismes génétiquement modifiés.  Comme si être « contre » les OGM c’était ça.

Être « contre » les OGM, c’est être contre tout un système. Car un aspect bien plus pervers et plus grave pourtant se trouve derrière la banalisation des OGM, c’est cette privatisation du vivant que l’on veut nous imposer. Breveter le vivant, remettre un savoir millénaire commun dans les mains d’industries privées, déposséder les agriculteurs et paysans de leurs savoir faire, c’est là que se trouve un vrai danger.

On ne résoudra pas les problèmes de faim dans le monde en ôtant aux États leur souveraineté alimentaire pour les mettre sous perfusion comme on veut nous le faire croire par un discours culpabilisant.

On pourrait encore parler de risques de dissémination indésirables (et incontrôlables) et de déstabilisation des écosystèmes et de la biodiversité.

Monsieur Michel, aurait-il passé trop de temps auprès des lobbyistes qui rôdent autour de la Commission ?

 Poursuivre la lecture

« Le monde selon Monsanto » à la poubelle?

Le monde selon MonsantoAvez-vous vu le reportage « Le Monde selon Monsanto » de Marie-Monique Robin sur ARTE ce 11 février?
Avez-vous lu la critique du documentaire du site de l’AFIS («l’Association française pour l’information scientifique»)?

Elle m’a tout simplement révolté. J’approuve en général les gens qui tentent de nous éclairer sur les médias et qui nous proposent une analyse critique de l’information, mais dans ce cas, à la lecture de ce texte, j’ai tout simplement retrouvé ce que l’on peut reprocher aux lobbys de l’agro-alimentaire comme Monsanto. Autrement dit une critique, basée sur des arguments scientifiques (scientistes), visant à décrédibiliser le message d’information et de sensibilisation de Marie-Monique Robin, tout en faisant fi des nombreuses questions soulevées (qui de loin sont bien plus importantes que de savoir si c’est bon ou pas de manger des OGM).

Alors voilà, après avoir envoyé un courriel aux auteurs (car sur ce site d’information « scientifique », on ne peut malheureusement ni commenter les articles, ni réagir sur un forum adhoc), je vous livre ce que je pense de cet argumentaire de l’AFIS…

Le débat est ouvert !

 Poursuivre la lecture

Des masses critiques pour la vélorution

critical-mass-ii-300x288La « Masse Critique » est une coïncidence organisée. Cela se passe lorsque des cyclistes se retrouvent au même moment et à la même heure et décident de rouler ensemble pour un petit bout de chemin. Très souvent, ceux-ci trouvent un plaisir tel qu’ils décident de revenir au même endroit au même moment le mois après et ainsi de suite et de faire que d’autres cyclistes se joignent à eux.

 Poursuivre la lecture

Stations de covoiturage pour bientôt?

A force de faire de l’autostop entre Bruxelles et Louvain-la-neuve et à force d’entendre parler des problèmes de mobilité et d’écologie, je me pose de plus en plus une question. Cette question c’est de savoir s’il ne serait pas possible de promouvoir le covoiturage en créant, par exemple, des « stations de covoiturage »
Pourquoi pas?
Vous connaissez peut-être le jeune site maPolitique.be où il est possible de lancer des débats et des pétitions sur des questions de politique te de société?
J’en ai profité pour lancer une « pétition » pour promouvoir cette idées de « sation de covoiturage ».

 Poursuivre la lecture