Il faut en finir, en France, avec le mythe de l’enfant non concerné par le Covid-19 – L’Express

link

Les infections, même asymptomatiques, peuvent avoir des conséquences à long terme. Les preuves de séquelles neurologiques, de phénomènes qui pourraient prédisposer certains malades à développer des troubles neurodégénératifs, voire des démences, s’accumulent.

Focaliser sur le taux de mortalité, c’est ignorer le risque d’handicap ou de dommages aux organes chez les survivants, qui peuvent compromettre la qualité et l’espérance de vie des plus jeunes.

Enfin, minimiser l’impact sur les enfants par une comparaison avec les adultes est un biais cognitif dont les experts devraient s’affranchir et les parents se préoccuper : savoir que « très peu d’enfants en mourront », comme a déclaré la présidente de la SFP, ou faire l’hypothèse que les « Covid longs » seront plus rares que chez l’adulte, suffit-il à accepter le risque pour son enfant ? Quel serait alors le nombre acceptable de décès d’enfants et de séquelles handicapantes avant d’adopter les solutions visant à prévenir les contaminations ? Selon les données internationales, au moins 4% d’enfants infectés pourraient souffrir de « Covid long ». Avec des centaines de milliers d’enfants contaminés, et plus encore si on laisse galoper le virus dans les classes, pourra-t-on parler encore longtemps de manifestations rares ?

Exposer délibérément des enfants à un agent biologique de niveau 3 ne serait qu’une expérimentation menée sans le consentement des parents et reposant sur leur désinformation. Cette stratégie, en plus d’être une violation du droit à la protection de la santé (article L. 1110-1), est contraire aux droits fondamentaux à la vie et la santé, tels que définis par la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE), signée par la France.

Permalien

A lire sur : Read More

Mot(s)-clé(s) : covid19

Generated by Feedzy